Neuchâtel

Les jeunes femmes se plient au désir de leur conjoint

Pour sauver leur couple, par pression sociale ou sentiment de culpabilité, les jeunes femmes consentent à avoir des relations sexuelles même lorsqu’elles n’ont pas envie.
Les jeunes femmes se plient au désir de leur conjoint
Les relations sexuelles consentantes sans désir sont un sujet tabou. DR
Égalité

Un «viol consenti». Ainsi pourrait-on résumer «les relations sexuelles consentantes sans désir». Un terme barbare et antinomique qui décrit une réalité vécue par de nombreuses jeunes femmes. Un phénomène que tente de décrypter une étude de l’université de Neuchâtel. Se basant sur les témoignages de femmes de 20 à 30 ans, Mélanie Riggenbach, étudiante en sociologie à l’université de Neuchâtel, lève le voile sur ce sujet tabou. La jeune sociologue

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion