Lecteurs

Crise coréenne

Claude F. Béguin se demande si l’Occident souhaite une tragédie nucléaire.
Conflit

Les outrances du président Trump à la tribune des Nations Unies ont fait voler en éclats l’image d’un Occident démocrate et humaniste, conduit par la vertueuse démocratie nord-américaine, aux prises avec un dirigeant irresponsable. Dans ce contexte, il vaut la peine de rappeler les propos de Madame Micheline Calmy-Rey, ancienne conseillère fédérale qui avait joué un rôle clé en 2003 dans un dialogue avec la Corée du Nord. Au téléjournal de la TSR, ce 6 septembre, à 19 h 30, Madame Calmy-Rey a jugé que le leader nord-coréen «n’est pas irrationnel», mais «joue la survie de son régime» et «veut obtenir l’attention et un dialogue direct avec Washington».

C’est pour le moins aussi pertinent que de rabâcher que Kim Jong-Un veut détruire la planète, comme nous serinent gouvernements et médias occidentaux. Bien sûr, diront d’aucuns, il ne faut pas prêter main forte à un tel tyran lorsqu´on est épris de démocratie. Peut-être, mais seulement lorsque main forte ne sera plus prêtée par l’Occident, Etats-Unis en tête, à nombre de régimes tyranniques, voire crapuleux, mais qui les arrangent. De plus, le brandissement par les autorités nord-américaines du nucléaire nord-coréen m’apparaît comme le mauvais remake d’une mauvaise farce, celle des armes de destruction massives de Saddam Hussein, qui a conduit à la déstabilisation de toute une région de la planète, et aux tragédies migratoires sans fin que l´on connaît. L’Occident veut-il maintenant une tragédie nucléaire?

Claude F. Béguin, Genthod (GE)

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Conflit

Connexion