Musique

Impure Wilhelmina, des ­ténèbres à la lumière

Sur son sixième album, la formation genevoise atteint sa pleine maturité mélodique sans renier sa nature tourmentée. Vernissage live jeudi à l’Usine.
J'aime toujours la noirceur REBECCA BOWRING
Disque

Des structures subtiles et des mélodies expansives alliées à une esthétique enracinée dans le «metal». C’est la recette d’Impure Wilhelmina, fleuron de la scène alternative romande, mais trésor trop bien caché. A l’image de Michael Schindl chanteur, guitariste et compositeur de nature introvertie, âme damnée en voie de rédemption si l’on en croit Radiation1Impure Wilhelmina, «Radiation», Season of Mist (distr. Irascible).. Un sixième album somptueux, verni sur scène jeudi à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion