Musique

Le sombre nectar d’Impure Wilhelmina

ROCK • «Black Honey», cinquième album des vétérans de la scène genevoise, navigue entre dark-pop et metal. Vernissage ce soir à l’Usine.
Impure Wilhelmina vernit ce soir son cinquième album. DR

Michael Schindl n’aime pas les étiquettes. L’homme qui se trouve derrière la majorité des compositions du groupe Impure Wilhelmina, au sein duquel il tient le micro et la guitare, apprécie autant le metal que la new wave et n’a rien contre la pop. Cela se ressent sur Black Honey, le cinquième album très abouti de cette formation traditionnellement associée à la scène hardcore genevoise, mais qui fait fi des carcans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion