Solidarité

Zeid-Maduro: mauvais rapports à l’ONU

La partialité du haut-commissaire aux droits humains à propos du Venezuela conforte les caricatures des deux camps. Exergue.
Un Encapuchado aux abords d'une barricade vers le quartier d'Altamira à Caracas. Photo prétexte Jean-Baptiste Mouttet
Venezuela

Violations massives des droits de l’homme et démocratie moribonde, les accusations portées il y a dix jours par le haut-commissaire onusien Zeid Ra’ad Al Hussein contre le gouvernement du Venezuela avaient fait bondir Nicolas Maduro. D’abord annoncé présent lundi à Genève, le président vénézuélien a finalement laissé son ministre des Affaires étrangères répliquer à la violente charge portée par le Jordanien. Sans doute était-il averti que le haut-commissaire préparait un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion