Scène

Macbeth, fatigué, sombre dans l’alcool

Au Théâtre de l’Orangerie, à Genève, le Macbeth de Valentin Rossier se ramasse à la petite cuiller.
Valentin Rossier (Macbeth) et François Nadin (Banquo). MARC VANAPPELGHEM
Théâtre

Pour sa dernière mise en scène en tant que directeur du Théâtre de l’Orangerie à Genève, Valentin Rossier, qui a promis jadis de réaliser toutes les tragédies de William Shakespeare, présente un Macbeth marquant. Soit par la radicalité raide du propos, soit par l’ennui qu’inspire sa réalisation. On peut voir ce qu’on veut dans le personnage de Macbeth: un rouage dans la grande machine du pouvoir et ce que cela

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion