Autre

«Comme un bateau ivre»

L’historien Hamit Bozarslan décrit la Turquie comme un pays livré à l’arbitraire de son «reis», malgré la résistance des Kurdes. Il dénonce la capitulation de la démocratie européenne. Entretien.
Recep Tayyip Erdoğan Flickr DP
Turquie

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, multiplie les gestes autoritaires depuis le putsch avorté du 15 juillet 2016. Quelque 50 000 personnes ont été arrêtées et plus de 100 000 travailleurs du secteur public limogés ou suspendus. Ces purges, qui se poursuivent encore aujourd’hui, visent principalement les partisans présumés du mouvement du prédicateur Fettulah Gülen, exilé aux Etats-Unis, mais aussi les médias opposants et le HDP, le Parti démocratique des peuples (pro-kurde)

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion