Musique

Une «Norma» sans relief à Genève

Une mise en scène peu lisible et une distribution inégale plombent le chef-d’œuvre de Bellini, pour une fin de saison décevante à l’Opéra des Nations.
GTG / Carole Parodi
Opéra

Norma est décidément un opéra difficile à mettre en scène. Comment concilier le drame porté par le livret de Felice Romani et une écriture musicale discontinue, succession d’airs fermés où le temps se suspend pour s’ouvrir à la pure expression des passions? Faut-il, comme beaucoup l’ont fait par le passé, tabler sur la couleur locale celtique liée au sujet, et se contenter d’offrir un écrin peinturluré à une suite de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion