Vaud

Requérant entravé: le Conseil d’Etat justifie une exception

Le 13 mars dernier, un requérant d'asile comparaissait devant la justice de paix à Lausanne pieds et poings liés. Le gouvernement maintient que la situation justifiait ces mesures.
Mardi 21 mars SDT
Vaud

Il y a une semaine, le collectif R dénonçait le «traitement inhumain» d’un requérant d’asile sous le coup des accords de Dublin. Lire notre article : Les pieds enchaînés lors d’une audience Début mars, l’homme avait comparu pieds et poings liés devant la justice de paix à Lausanne, en vue de sa détention administrative. Une pratique pourtant bannie par le Conseil d’Etat depuis 2010, sauf cas de rigueur. Questionné par le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion