Solidarité

Le procès de l’occupation

Les Sahraouis condamnés après la mobilisation de Gdeim Izik en 2010 retrouvent les prétoires aujourd’hui. Claude Mangin, épouse du principal accusé, se confie au Courrier.
Naâma Asfari et son épouse Claude Mangin. DR
Sahara occidental

Lorsque Claude Mangin pousse la porte du Courrier, il y a tout juste un mois, difficile de croire que la sexagénaire vient d’être expulsée manu militari du Maroc, après une nuit «passée à même le sol» d’un salon de l’aéroport de Casablanca puis une journée d’intimidations répétées. La Française – qui n’en est pas à une expulsion près – se rendait auprès de son époux, le militant indépendantiste sahraoui Naâma Asfari, incarcéré

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion