Cinéma

Drame de la mesquinerie ordinaire

Dans «Brooklyn Village», Ira Sachs raconte la gentrification d'un quartier et la fin de l'amitié entre deux garçons.
Look now!
Cinéma

Cinéaste discret, méconnu malgré une carrière honorable entre salles et festivals, Ira Sachs œuvre dans une veine intimiste, en observateur un rien désabusé – ou désespéré – des relations humaines. Dans Love is Strange (2014), obligé de quitter son appartement new-yorkais, un couple homosexuel se délitait après quarante ans de vie commune. Brooklyn Village part également d’un argument immobilier pour raconter la gentrification d’un quartier, et la fin d’une amitié adolescente – à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion