Actualité

La gauche italienne se fait hara-kiri

L’histoire se répète en Italie. La chute du gouvernement Renzi, en décembre dernier, a accéléré l’implosion du principal parti de la gauche italienne. Alors que de nouvelles élections sont annoncées, pour cette année encore peut-être, le paysage politique du Bel Paese est à nouveau en plein chamboulement.
Matteo Renzi s’apprête à reprendre le chemin du pouvoir. FLICKR/CC/FRANCESCO PIERANTONI
Eclairage

Après s’être tant détestés, les deux courants politiques du Parti démocrate (parti de l’ex-premier ministre Renzi), qui se sont supportés pendant des années, ont finalement décidé de divorcer. La rupture, consommée le week-end dernier, traduit les affres d’une gauche plus désunie que jamais. Trop de choses, en effet, séparaient les membres du parti de la Margherita – l’aile gauche de la vieille Démocratie chrétienne dont fait partie Matteo Renzi –

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion