Actualité

La Cour pénale se dépeuple

Après la Gambie, le Burundi et l’Afrique du Sud, c’est au tour de la Russie d’annoncer son retrait de la Cour pénale internationale.
C’est surtout le manque d’efficience de la Cour pénale internationale WIKIMEDIA COMMONS / VINCENT VAN ZEIJST
Eclairage

Le nouveau président américain – qui a menacé de «sortir» son pays de plusieurs grands traités internationaux – a-t-il précipité l’annonce par la Russie, mercredi, de retirer sa signature du Statut de Rome? A savoir du traité fondateur, vieux de 18 ans, qui a permis la création de la Cour pénale internationale (CPI). Une juridiction chargée de juger les personnes accusées de crimes contre l’humanité qui est elle-même aujourd’hui l’objet

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion