Musique

Ambroise Thomas interroge Hamlet

Jusqu’à dimanche à l'Opéra de Lausanne, le compositeur romantique explore avec une belle faconde mélodique et orchestrale et une indépendance dramaturgique avérée la tragédie danoise de Shakespeare.
Un spectacle haut en émotion qui mérite la découverte. MARC VANAPPELGHEM
Opéra de Lausanne

Dès les prémices de l’ouverture du Hamlet d’Ambroise Thomas (1811-1896), dimanche à l’Opéra de Lausanne, le frémissement musical suggère une veine orchestrale verdienne. Les cordes vrombissent, les cuivres reluisent et les bois s’envolent dans des solos élégiaques. C’est qu’Ambroise Thomas, au faîte d’une carrière créative relativement prospère, connaît ses classiques. De Berlioz à ses quasi contemporains Massenet ou Bizet, le directeur du Conservatoire de Paris garde les oreilles à l’affût,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion