Musique

Le Cercle consommé du «Faust» de Gounod

La scène déployée de l’Opéra de Lausanne fournit un admirable écrin à une partition tout en nuances, grandiose et enlevée.
Un pacte faustien visuel MARC VANAPPELGHEM
Opéra de Lausanne

Dominée par l’omniprésence d’un immense silo circulaire et mobile, la nouvelle production lausannoise du Faust de Gounod, proposée par le boulimique scénographe Stefano Poda, captive. La vision quasi philosophique du metteur en scène italien, imprégnée de mythes humanistes et de symbolique nietzschéenne, sied tout particulièrement à la quête arrogante et autiste de ce Faust à la française, mu par un narcissisme effréné aux résonances très contemporaines. Une habile gestion circulaire,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion