Musique

Le goût de l’orgue

Alors qu’il vient d’enregistrer les "Six sonates" de Mendelssohn, Benjamin Righetti raconte son instrument pas comme les autres.  
Benjamin Righetti devant le buffet des grandes orgues Mooser. Alain Wicht
Musique classique

Intarissable, Benjamin Righetti. Dès qu’il a tourné la clef de la soufflerie, il a des trésors à raconter. Sous les doigts, mais aussi de vive voix. Devant les tuyaux et les claviers des grandes orgues Mooser de la cathédrale Saint-Nicolas, à Fribourg, il s’émerveille. Et il émerveille. Il sait dire toute la magie qui fait de l’instrument, complexe et géant, un chef-d’œuvre. Cela commence par la mécanique, restaurée en 1982,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion