Genève

Les réfugiés arc-en-ciel en détresse

La prise en charge des LGBTI relevant de l’asile n’est pas adaptée, constate un rapport. De peur de revivre la stigmatisation qu’ils ont fuie, ils vivent dans l’isolement et la crainte.
Le logement en foyer collectif est particulièrement problématique. JPDS
Asile à Genève

A Genève – mais le constat pourrait être transposable partout en Suisse –, les réfugiés «arc-en-ciel» (LGBTI*) vivent dans une insécurité constante, qu’elle soit réelle et/ou ressentie, en particulier dans les foyers d’accueil. Cette situation les pousse à l’invisibilité et à l’auto-exclusion. Avec pour conséquences un isolement social et émotionnel très fort, des obstacles à certaines ressources et services et un accroissement de leur fragilité physique et psychique. Un rapport publié fin

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion