Scène

Vaudeville cocaïné à la sauce US

Au Pulloff, à Lausanne, «L’Enculé au chapeau», traduction du texte de l’Etasunien Stephen Adly Guirgis, rate sa cible.
GAIA BAUR
Théâtre

Pas bête, l’idée d’aller chercher un peu de poil à gratter dans le théâtre américain. Avec un texte cocasse, et qui fonctionne à la vanne, qu’est-ce qui aurait bien pu freiner la réussite d’une adaptation romande? Tant de choses, à vrai dire, mais surtout l’existence désarmante d’une exception culturelle américaine, celle d’un théâtre populaire à la limite du stand-up, où la langue étasunienne claque et rebondit, servant un propos qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion