Suisse

Quand le psy se prépare au pire

Après l’attentat de Berlin, les cellules de psychologie d’urgence se tiennent prêtes. Exemple à Genève.
La cellule psy de la police genevoise se prépare au pire. Kevin.B - CC
Interview

Comment prendre en charge les gens traumatisés psychologiquement par un attentat comme celui de Berlin? En Suisse, les cantons disposent d’unités de psychologues d’urgence. Interview d’Helena Casazza, de l’AGpsy-Police, la cellule dépendant du Département de la sécurité du canton de Genève. Qui assure à Genève le soutien psychosocial dans le cas d’un attentat comme celui survenu au marché de Noël de Berlin? Helena Casazza: Sur demande de la police, la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion