Genève

A Genève, bilan nuancé pour la vidéosurveillance

Le projet-pilote lancé aux Pâquis a permis de résoudre un nombre d'affaires en hausse. Les dealers, en revanche, se sont déplacés.
Le dispositif mis en place aux Pâquis a coûté quelque deux millions de francs. Jean-Patrick Di Silvestro
Libertés publiques

Globalement positif, selon Pierre Maudet, conseiller d’Etat chargé du Département de l’économie et de la sécurité. Le magistrat genevois a tiré mardi le bilan de deux années de vidéosurveillance aux Pâquis. Le tout dans un cadre qui se veut à la fois participatif –les riverains ont été intégrés dans la démarche– et critique, puisque l’université de Neuchâtel a assuré une évaluation externe du dispositif. Ce dernier, fort de vingt-neuf caméras

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion