Genève

Les syndicats opposés à la préférence indigène

La CGAS, faîtière syndicale genevoise, s’oppose à une solution qui, «faute de résoudre les problèmes, divise les travailleurs».
«Les mesures d’accompagnement sont les seules à même de construire un consensus autour de la libre circulation» Jean-Patrick Di Silvestro
Genève

«Protégeons les salaires et les emplois, pas les frontières et les patrons!», tel est le titre de la prise de position votée à l’unanimité par les syndicats réunis au sein de la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS). A l’occasion d’une conférence de presse, la faîtière s’est prononcée contre la préférence nationale «light» qui obligerait les entreprises à annoncer les postes vacants aux Offices régionaux de placement. Les syndicalistes évoquent la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion