Religions

«Il n’y a pas d’avenir ici»

Dans la vallée de Crémisan, en Cisjordanie, la construction du mur de séparation se poursuit. Fragilisés, certains habitants choisissent d’émigrer. Parmi eux, toujours davantage de chrétiens.
Le mur de séparation dans la ville de Bethléem. GDS
Cisjordanie

«En ce moment, on ne veut plus regarder la vue; on regarde juste le ciel.» Sur les hauteurs du village de Beit Jala, Tony Sfeir domine la vallée de Crémisan, au nord-ouest de Bethléem. L’arrière de la maison de ce prothésiste dentaire est bordé par le mur de la colonie israélienne Har Gilo, décidé par le gouvernement israélien. À 30 mètres, des barbelés augurent la construction d’un autre pan de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion