Solidarité

L’eldorado des gays transformé en enfer

Aucune loi n’interdit l’homosexualité en Côte d'Ivoire, mais à Abidjan, les gays sont la cible récurrente de persécutions.
Le régime ivoirien PIXABAY / CC
Côte d'Ivoire

Lorsqu’en 2005 un bar gay ouvrait ses portes à Marcory, dans le sud d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne, Fabrice, 35 ans, caressait l’espoir que son pays devienne un eldorado pour la communauté LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres ou intersexes). «Pour tous ceux qui étaient persécutés dans les autres pays de l’Afrique de l’Ouest, cet endroit était celui de la liberté. Nous nous retrouvions sans risque pour exprimer librement nos envies et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion