Solidarité

Dans la crainte du «Pochvid»

En Côte d’Ivoire, l’aide promise au secteur informel touché par la crise du Covid-19 n’est jamais arrivée. Le syndicat Dignité et son partenaire suisse SIT tentent d’instaurer un peu de justice. Reportage.
Dans la crainte du «Pochvid»
Le coronavirus a rendu plus difficile encore le quotidien des plus précaires, qui n’ont jamais vu arriver les aides promises. KEYSTONE
Côte d'Ivoire

Brahima n’attend qu’une seule chose: la réouverture des frontières et, avec elle, le retour des touristes et des voyageurs d’affaires. Le jeune trentenaire est agent d’entretien dans un hôtel bien connu d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, mais, depuis la mi-mars et la fermeture du pays, les chambres sont inoccupées et Brahima ne travaille plus. L’entreprise de nettoyage qui l’emploie n’a aucun lien contractuel avec l’hôtel. Elle opère

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion