Égalité

La liberté a perdu un visage

Avec le décès de Benoîte Groult, hier à 96 ans, l’une des grandes figures de la littérature féministe a disparu. « Ainsi soit-elle » a marqué plusieurs générations.    
Wikimedia
France

«Son livre Ainsi soit-elle a été un coup de tonnerre pour beaucoup», se souvient Simone Chappuis, féministe vaudoise qui avait fait venir en Suisse la romancière et essayiste française Benoîte Groult, décédée hier à l’âge de 96 ans. C’était en 1975, année de la femme, et l’ouvrage venait de paraître. Essai virulent sur la condition imposée aux femmes, il dénonçait notamment les mutilations sexuelles, dans le monde et en Europe,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion