Genève

Retiens la nuit

A mesure que le tissu urbain se densifie, les lieux culturels nocturnes doivent ferrailler pour faire valoir leurs atouts. Genève semble moins bien lotie que Lausanne.
«La nuit? Parce que le jour ne suffit pas» DR
Loisirs

«La colère gronde à Genève», préviennent Matthias Solenthaler et Ulysse Prévost. Le premier est politologue-urbaniste et ancien cogérant de l’espace d’art et de musique Motel Campo, le second consultant culturel. Ils représentent le Grand Conseil de la Nuit, groupement de chercheurs et activistes qui œuvre pour faire reconnaître la nuit comme ­espace de convivialité plutôt que source de nuisances. Or ce qui ressort du Forum du paysage nocturne genevois, qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion