BD

Ebullition

«Samandal», «TokTok», «Lab619», «Skefkef»…. Les revues de BD se multiplient au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, offrant à leurs auteurs un espace ­d’expression salutaire dans un territoire en ­pleine effervescence.
La revue libanaise «Samandal». Ci-dessous: un dessin de «TokTok» par l’Egyptien Shennawy. Les «Recettes de ­vengeance à la libanaise» de Lena Merhej qui ont valu un procès à la revue Samandal. Les «Souffles courts» de Raphaëlle Macaron.
Bande dessinée arabe

Dans son appartement beyrouthin avec vue sur le port, Joseph Kai, bédéiste libanais de 27 ans, tire sur sa cigarette et se perd dans le fumet de ses souvenirs: «J’étais au lancement de Samandal en 2007. J’avais à peine 18 ans, mais je me souviens m’être dit que je voulais en faire partie. Ou plutôt que ça ne pouvait pas se faire sans moi!», rit le jeune illustrateur. Aujourd’hui, il est membre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion