Vaud

Les migrants priés de partir

Sur fond de tensions avec les autorités, la centaine d’occupants de l’ex-halle Heineken doit vider les lieux jeudi. Leur sécurité n’est pas assurée, dit le Conseil d’Etat.
Le collectif Jean Dutoit s'est vu refuser une prolongation de l'occupation de l'ex-halle Heineken DR Collectif Jean Dutoit
Renens

Entre les matelas, les fauteuils et les tas de vêtements, des habitants de l’ancienne halle Heineken vont et viennent dans une agitation empreinte de nervosité. Le contrat de confiance qui lie le collectif Jean Dutoit aux Transports publics lausannois (tl) depuis octobre arrive à échéance ce jeudi. Les occupants, pour la plupart des migrants sans statut légal, sont soucieux et peu d’entre eux acceptent de parler. «Pour dire quoi? Je

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion