Lecteurs

Boycotter ou ne pas boycotter le régime israélien?

Selon Madeleine Gahigiri, le boycott reste le meilleur moyen non violent pour lutter contre un régime qui ne sert pas les véritables intérêts d’une région.
Territoires occupés

Début mars, l’ATS a relayé un communiqué de Sodastream, la grande entreprise israélienne de fabrication d’eau gazéifiée, qui affirme être «punie d’avoir cédé au boycott». En effet, cette entreprise vient de déménager des territoires (illégalement) occupés pour se relocaliser en Israël, à la suite de quoi, comme semble le déplorer Sodastream, les septante-quatre derniers employés palestiniens, prêts à la suivre, ont perdu leur place de travail, car le gouvernement Netanyahu

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion