Lecteurs

«Une profonde méconnaissance de la genèse du MAH»

Jean-Yves Marin, directeur du Musée d’art et d’histoire de Genève (MAH), répond à l’agora de Katharina Holderegger Rossier«Un projet qui n’a rien de moderne», Le Courrier du 19 février 2016, p. 2..
Réaction

L’opinion parue dans Le Courrier du 19 février 2016, rédigée par Katharina Holderegger Rossier, dénote d’une profonde méconnaissance de la genèse du Musée d’art et d’histoire de Genève (MAH). L’origine des collections du MAH remonte à la Réforme. Au cours des siècles, les collections n’ont cessé de s’enrichir grâce à des donations, mais également grâce au travail de grands érudits genevois ainsi qu’à celui de générations de conservateurs. Il existe une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion