Solidarité

La fabrique des nouveaux tortionnaires

La multiplication des conflits a renouvelé la pratique tortionnaire. Ces nouveaux bourreaux ne sont plus des personnes avec des identités propres, mais des «hommes-système» déshumanisés.
L’Etat islamique met en scène des exécutions à des fins de propagande. Selon Françoise Sironi DR
Analyse

«Il y a de nouveaux candidats tortionnaires parce qu’un nombre croissant de jeunes connaissent un vide identitaire, une dépression existentielle.» Françoise Sironi est psychologue-­psychothérapeute, maître de conférences à l’université Paris 8 et experte à la Cour pénale internationale de La Haye (CPI). Pour elle, la familiarisation avec des images de violence donne en outre aux nouveaux tortionnaires une indifférenciation au niveau cognitif entre la réalité et le virtuel. Surtout, les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion