Genève

La police, une cible bien pratique

Le risque de débordements a été sous-estimé lors de la manif sauvage du 19 décembre, d’où des policiers en sous-nombre. En quoi une répression accrue changerait-elle la donne?
Le conseiller d’Etat chargé de la Sécurité Jean-Patrick Di Silvestro
Exergue

Davantage de policiers et de répression à Genève. Lundi, le chef de la Sécurité, Pierre Maudet, a livré ses recettes pour changer de cap après la manifestation sauvage du 19 décembre, qui avait donné lieu à des déprédations, notamment sur la façade du Grand Théâtre (lire notre article). Selon le rapport rendu par la cheffe de la police, Monica Bonfanti, les forces de l’ordre ont sous-estimé les risques que la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion