Scène

Gisèle Vienne, je doute, donc je suis

SCÈNE  Elle est l’invitée phare de La Bâtie, qui s’ouvre ce soir par son énigmatique «This is how you will disappear» au Théâtre de Carouge. Entre ordre et chaos.
Gisèle Vienne ESTELLE HANANIA

Gisèle Vienne est un OVNI. Et ça lui plaît. C’est ainsi qu’on l’a qualifiée à ses débuts, en 1999, lorsqu’elle a commencé à mêler sur scène de troublantes poupées taille mannequin à ses danseurs, brouillant les pistes entre fantasme et réalité. Elle n’avait à l’époque que vingt-cinq ou vingt-six ans. C’était à sa sortie de l’école des arts de la marionnette de Charleville-Mezières, en France, où elle se décide à entrer

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion