BD

Tardi, en première ligne

Après 14-18, il évoque son père, prisonnier de guerre. Rencontre à Lucerne entre une grande exposition et un spectacle en images et en chansons.
Tardi, en première ligne
Tardi à Lucerne. La tapisserie est certifiée conforme à ­l’appartement d’Adèle Blanc-Sec en 1912. © Fumetto 2015/monicatarocco.com
Bande dessinée

N’allez pas dire à Tardi que la Grande guerre de 14-18 est son obsession. Même si son œuvre, qui s’étend sur près d’un demi-siècle, est toute entière traversée par cette boucherie dont on commémore aujourd’hui le centenaire, avec force flonflons et sonneries aux morts. D’ailleurs la France a cru honorer Tardi en lui décernant la Légion d’honneur, ce qu’il a pris «comme un crachat dans la figure» et qu’il a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion