Musique

Leo Tardin, autoportrait

Echappé en solitaire avec l’album Dawnscape, le pianiste genevois se dévoile au gré d’une balade à l’aube. Avant-propos à son vernissage samedi prochain au Sud des Alpes.
Leo Tardin, autoportrait
Leo Tardin au lever du jour sur les hauts de Pinchat JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Piano

Cinq heures du matin. Carouge. En lui proposant de choisir le lieu et l’heure pour se raconter, on n’imaginait pas se balader avec Leo Tardin à l’aube sur la colline de Pinchat. «J’aime marcher ici au lever du jour pour rassembler mes idées et trouver l’inspiration», s’excuse le pianiste. On l’accompagne alors, crevé et se demandant bien ce qu’on fiche là. Autour: nuit noire, d’abord. Premières lueurs ensuite. Nulle âme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion