Cinéma

La vengeance faite femme

«LA VÉNUS À LA FOURRURE» Plus sarcastique que jamais, Roman Polanski met littéralement en scène la guerre des sexes dans une comédie aussi ludique que spirituelle.
La vengeance faite femme
Photo. Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric sous l’œil de Roman Polanski sur le plateau de La Vénus à la fourrure. ELITE FILM
Film

Après le quatuor en chambre de Carnage (2011), Roman Polanski nous enferme donc cette fois-ci dans un théâtre parisien avec un metteur en scène (Mathieu Amalric) et une actrice (Em­ma­nuelle Seigner), le temps d’une audition qui dérape. La Vénus à la fourrure représente ainsi un défi cinématographique a priori périlleux. Mais pas pour un cinéaste qui – faut-il encore le rappeler quand l’entier (ou pres­que) de sa filmographie en témoigne? – est passé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion