Cinéma

Une amitié sans frontières

«DANS UN JARDIN JE SUIS ENTRÉ» L’Israélien Avi Mograbi se filme avec un ami arabe. Un dialogue plein d’humour, mais nostalgique d’un Proche-Orient où juifs et musulmans vivaient en harmonie.
Photo. Yasmine sur le lieu de naissance de son père Ali. Une scène forte du nouveau documentaire d’Avi Mograbi. MOA DISTRIBUTION

Témoin du présent et révélateur mélancolique des traces du passé, le cinéma est-il un lieu utopique? Le nouveau et beau documentaire d’Avi Mograbi nous invite à une telle réflexion. Dans un jardin je suis entré relate une amitié à la fois banale et, du fait du conflit israélo-palestinien, exceptionnelle: celle entre le cinéaste lui-même et Ali al-Azhari, un Arabe israélien. Dans leurs appartements respectifs, dans une cuisine, un salon ou

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion