Musique

Lydia Lunch: la tendresse au rasoir

La performeuse et féministe américaine Lydia Lunch, de passage hier à Genève, fait de ses obsessions un spectacle, où l’excès rime avec une conscience aiguë du monde.
«Les mots sont les plus importants. La musique est juste un outil pour diffuser leur message» DR
Scène

Lydia Lunch incarne, à l’image de quelques curiosités du XXe siècle, la figure contestatrice dont il est difficile de faire le tour. Poussant la polyvalence dans ses derniers retranchements, elle s’est faite tour à tout chanteuse, prostituée, écrivaine white trash (relatant la vie de l’Amérique blanche et précaire), actrice et militante féministe. Avec une réflexion sur le sens de l’excès et de la violence qui la singularisent dans le paysage

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion