Cinéma

Une bête parmi les bêtes

FRANCE Critique de la légitimation naturaliste de l’exploitation colonialiste, «Vénus noire» d’Abdellatif Kechiche pousse la démonstration jusqu’à la fascination. Incroyablement dérangeant.
Une bête parmi les bêtes
Avec sa «Vénus noire» XENIX FILMDISTRIBUTION
Abdellatif Kechiche

Paris, 1815. Devant un parterre d’académiciens médusés, l’éminent naturaliste Georges Cuvier parade. Il tient entre ses mains les preuves indiscutables de l’infériorité de la race noire: le corps moulé et les excroissances génitales d’une femme Bochiman. Du «museau saillant» à la «cambrure exagérée» des reins, tout concourt à démontrer l’étroite parenté entre cette Vénus noire et l’orang-outang ou le mandrill… La caméra d’Abdellatif Kechiche va et vient entre la froideur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion