Sélection

La Suisse a abrité un criminel argentin

Des documents politiques que les journalistes et les historiens peuvent consulter aux Archives fédérales après une demande spéciale1 apportent une confirmation à la thèse selon laquelle le président argentin Juan Perón – au pouvoir de 1946 à 1955 et à nouveau de 1973 à 1974 – a eu des liens avec les nazis. Ils révèlent aussi son souhait de s`établir dans les environs de Lausanne alors qu`il vivait en exil à Madrid au début des années soixante. D`autre part les révélations concernent également le secrétaire privé et ministre de son dernier gouvernement en 1974 José López Rega dit «le sorcier» en raison de son penchant pour la magie noire. Ce dernier a vécu clandestinement en Suisse pendant la dictature militaire argentine de 1976 à 1982.

Dans les archives fédérales le dossier Perón s`étend jusqu`à la date de sa mort le 1er juillet 1974. Il débute en 1960 lorsque la police helvétique soupçonne l`ancien président argentin de vouloir déménager à Gland dans le canton de Vaud alors qu`il s`était réfugié chez Franco à Madrid après avoir été renversé par un coup d`État en 1955. Il avait choisi une résidence appelée «Les Charmettes» appartenant à son compatriote

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion