Cinéma

Amour analogique

Cinéaste inspiré, Vincent Maël Cardona raconte en musique l’émancipation d’un timide et les désillusions de sa génération dans «Les Magnétiques».
Amour analogique
Marianne (Marie Colomb) et Philippe (Thimotée Robart), couple magnétique. SISTER DISTRIBUTION
Film

Les bons titres, ceux qui capturent l’esprit d’un film, sont souvent polysémiques. Celui du premier long métrage de Vincent Maël Cardona renvoie en premier lieu aux bandes analogiques diffusées par Philippe sur la radio pirate qu’il anime avec son frère Jérôme. Le terme peut aussi désigner Philippe et Marianne, aimantés par une attraction d’autant plus intense que leur amour est impossible – elle est en couple avec son frère, et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion