Disparaître pour mieux renaître
Face à la jeune rebelle Mora (Lara Viaena Tortosa), la jument Zahorí incarne l’esprit gaucho du récit. ADIK FILMS
Cinéma

Disparaître pour mieux renaître

Dans la steppe patagonienne, une adolescente se rêve en gaucha. Zahorí est un conte sensoriel, animiste, chamanique et ­lumineux.
Film

Mora, campée par la convaincante novice à l’écran Lara Viaena Tortosa, est en révolte contre une école s’épuisant chez ses élèves à «remplir des vases» de dates historiques déphasées de leur quotidien et non à «allumer des feux» selon la formule de Montaigne. En un lieu perdu à la frontière entre Argentine et le Chili, l’adolescente de 13 ans résiste à l’emprise parentale. Celle d’utopistes alternatifs partis du Tessin et s’arc-boutant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion