Neuchâtel

Autopsie d’un mal-être

Sondée sur son ressenti de la crise, la jeunesse neuchâteloise esquisse des pistes pour s’en sortir. Sociabilité et accès à des informations crédibles sont plébiscités.
Autopsie d’un mal-être
Les jeunes neuchâtelois ont pu exprimer leur mal-être et leurs difficultés depuis le début de la pandémie. AMr
Jeunesse

En souffrance et manque de repères depuis le début de la pandémie, la jeunesse neuchâteloise avait rendez-vous dimanche dernier au Château pour extérioriser son mal-être devant Laurent Kurth, conseiller d’Etat chargé de la Santé, puis face à Crystel Graf, sa collègue de la Formation. Un questionnaire avait été soumis aux jeunes l’été dernier. Un quizz en ligne destiné aux 13-25 ans pour comprendre leur ressenti et leurs attentes, alors que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion