Solidarité

Arlit, mirage du développement

La ville minière du Ténéré a fait les beaux jours du nucléaire français. Le départ d’Orano (ex-Areva), une fois l’uranium épuisé, laisse Arlit à son déclin et à son tas de déchets radioactifs.
Arlit, mirage du développement 1
L'arrêt de la mine risque de porter atteinte au développement de la ville d'Arlit. KEYSTONE
Niger

L’arrêté est tombé la veille: la mairie d’Arlit, ville de 112 000 habitant·es perdue au nord du Niger, «interdit strictement pour des raisons sécuritaires» la marche pacifique de protestation prévue le 6 novembre par la société civile. Une manifestation qui visait à dénoncer publiquement les promesses non tenues du géant mondial du nucléaire civil: le français Orano (ex-Areva). En fermant le 31 mars dernier, à 12 kilomètres d’Arlit, une des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion