Neuchâtel

Garde-fous pour lanceurs d’alerte

Signaler des couacs au cœur de l’Etat ne sera peut-être bientôt plus une trahison à Neuchâtel. Une motion veut protéger les lanceuses et lanceurs d’alerte.
Garde-fous pour lanceurs d'alerte
De la bouche de fonctionnaires ou de particuliers jusqu'à l'oreille de l'Etat et en toute discrétion. KEYSTONE
Lanceurs d'alerte

Le sort des lanceuses et lanceurs d’alerte pourrait s’améliorer dans le canton de Neuchâtel dans un délai raisonnable d’environ deux ans. Soit le temps imparti aux autorités pour répondre à une motion récemment déposée, sur impulsion de ses membres POP (Parti ouvrier et populaire) et Vert·es, par la Commission cantonale des finances. Ce texte appelle à la création d’une «plateforme sécurisée» garantissant l’anonymat des «whistleblowers». Elle s’adresserait autant aux fonctionnaires

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion