International

Un Tibet irrespirable

La politique de répression et d’assimilation forcée s’est durcie, selon la chercheuse Fanny-Iona Morel.
Un Tibet irrespirable
Des policiers chinois surveillent les pèlerins bouddhistes à Lhassa: la population subit toujours plus durement le joug chinois. KEYSTONE
Tibet

L’air est devenu irrespirable sur le Plateau tibétain. La population étouffe toujours plus sous le joug chinois. Réduite quasiment au silence, elle peine à faire entendre ses souffrances au-delà des frontières de la région autonome. Une chercheuse fribourgeoise s’en fait pourtant l’écho dans le livre Whispers from the Land of Snows: Culture-based Violence in Tibet (Ed. Globethics.net). Dans le cadre d’un projet de recherche sur les violations des droits humains

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion