Genève

Scepticisme face à l’éducation au numérique

Le Grand Conseil a décidé de renvoyer au Conseil d’Etat la pétition des parents d’élèves demandant un moratoire sur le numérique à l’école primaire.
Scepticisme face à l’éducation au numérique
Pour les député·es, polariser l’attention des enfants sur des écrans, dès le début de l’école primaire, constituerait une faute pédagogique. KEYSTONE/IMAGE D'ILLUSTRATION
Education

Le projet d’éducation au numérique de la conseillère d’Etat genevoise Anne Emery Torracinta, en charge de l’instruction publique, aurait-il du plomb dans l’aile? Une chose est sûre, en acceptant, à l’unanimité moins une voix, de renvoyer au gouvernement la pétition des parents d’élèves demandant un moratoire sur le numérique à l’école primaire, les parlementaires ont envoyé un signal fort. «Les députés estiment que polariser l’attention des enfants sur des écrans,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion