Neuchâtel

L’école sur le qui-vive

Aux premières loges de la violence juvénile, les écoles neuchâteloises poursuivent leur dialogue avec la police. Pour éviter un deuxième «Flon».
L’école sur le qui-vive
Le canton de Neuchâtel et les écoles unissent leurs efforts pour prévenir la violence juvénile. KEYSTONE
Violences

L’institution scolaire neuchâteloise a été relativement peu questionnée jusqu’ici sur son ressenti après le drame de fin septembre à Lausanne. Un jeune congolais d’une vingtaine d’années de La Chaux-de-Fonds y avait perdu la vie un dimanche matin sur la place du Flon, victime de coups de cutter. Triste épilogue d’une confrontation entre bandes rivales de Bienne et de La Chaux-de-Fonds se cherchant noise depuis quelque temps. Un antagonisme fait de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion