Suisse

Transplantations : «un excellent compromis»

Le Conseil des Etats favorise le don d’organes en approuvant le consentement présumé de chacun·e.
«Un excellent compromis»
En Suisse, on dénombre à peu près 1500 personnes sur liste d’attente pour obtenir un organe. KEYSTONE/Gaetan Bally
Santé

Le don d’organes connaît une vraie révolution, avalisée hier au parlement (lire ci-dessous). Entretien avec le professeur et médecin Manuel Pascual, directeur médical du Centre universitaire romand de transplantation et du Centre de transplantation d’organes au CHUV. Ce qui va changer > A l’avenir, chacun sera un donneur d’organe présumé, alors qu’aujourd’hui, il faut en principe une carte de donneur. > Faute de déclaration dans un sens ou dans l’autre,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion