Cinéma

Visions du monde par écrans interposés

A Lausanne, Cinémas d’Afrique revient après une édition 2020 tronquée. Itinéraire pour prendre des nouvelles de cinématographies méconnues, et s’offrir au moins une révélation majeure.
Visions du monde par écrans interposés
This is not a burial, it’s a resurrection suit Mantoa, vieille doyenne en lutte contre un projet de barrage. TRIGON FILM
Festival 

Comme chaque année à Lausanne, ­Cinémas d’Afrique nous donnera du 18 au 22 août des nouvelles du continent le moins exposé de la cinéphilie internationale. Il serait illusoire de croire que quatre jours servent à rétablir la barre d’une ignorance aux sources trop variées: pauvreté des circuits de production locaux, affaiblissement des grands festivals africains qui jouaient un rôle d’échange et de promotion (Carthage), faiblesse de la distribution à l’international…

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion